Présentation

L’hypothyroïdie correspond à une production insuffisante des hormones thyroïdiennes par la glande thyroïde.

La glande thyroïde se situe sur la face antérieure du cou, en avant de la trachée et sous la peau et les muscles du cou. Elle a la forme d’un papillon, mesure 6 cm et est palpable. Elle est directement liée à l’hypophyse, petite glande située à la base du cerveau. Cette dernière via sa sécrétion de TSH permettra la production des hormones thyroïdiennes T3 et T4.

La thyroïde joue le rôle de régulateur de notre corps. Ses hormones sont indispensables à plusieurs fonctions telles que le rythme cardiaque, la régulation de la température, le système digestif, le système génital, le système nerveux.

Symptômes

Les patients souffrant d’hypothyroïdie présentent un ralentissement de leur métabolisme.

  • chute de cheveux, ongles cassants, peau sèche, teint jauni, visage grossi-infiltré, paupières lourdes
  • frilosité, fatigue, épuisement pouvant aller à un syndrome dépressif
  • douleur musculaire, raideur articulaire, crampes
  • troubles de la digestion :ballonnement, constipation, prise de poids
  • troubles de la fertilité : absence de règle, écoulement mammaire, infertilité 

« Comme vous pouvez le constater, les symptômes peuvent être pour certains anodins. Leur chronicité va vous mettre la puce à l’oreille. Si vous présentez l’un d’eux, consulter votre médecin généraliste. »

L’hypothyroïdie se diagnostique par un examen clinique (recherche d’un goitre, palpation de la thyroïde, bradycardie, diminution ou abolition des réflexes tendineux …etc ) puis par des examens complémentaires (prise de sang: dosage des hormones thyroïdiennes, échographie) .

« Il est primordial pour un ostéopathe de connaitre ces symptômes et de pouvoir ré-orienter sa patiente comme il se doit vers son médecin généraliste à la moindre suspicion. Dans mon quotidien en qualité d’ostéopathe il ne m’est pas rare de recevoir des patientes pour des troubles de la digestion et troubles musculaires. En cas d’hypothyroïdie il est impératif que la patiente soit prise en charge par la médecine conventionnelle. » 

Fréquence

Elle touche plus particulièrement les femmes et les enfants.

indices: 1/100 femme et 1/1000 homme

« Autant vous dire que dans mon cabinet d’ostéopathie, il m’est très fréquent de recevoir des patientes ayant cette pathologie. »

Causes

Sachez que les causes de cette pathologie sont multiples.

  • post-thérapeutiques (chirurgicales, radiothérapie…)
  • auto-immunes (maladie de Hashimoto)
  • médicamenteuses, congénitales (enfants)
  • thyroïdite atrophique
  • Les thyroïdites ( pathologies de la thyroïde ) peuvent être déclenchée aussi par un stress important, pendant des périodes de vies particulières ( post accouchement, pré-ménopause)
  • Les antécédents familiaux seront à prendre en considération, n’hésitez pas à en parler à votre médecin.

Traitements et controverse concernant la nouvelle formule du Levothyrox®

En fonction du type d’hypothyroïdie votre médecin vous proposera un traitement médicamenteux en adéquation. L’hypothyroïdie  peut être transitoire ou chronique. Dans le deuxième cas, elle ne se guérit pas mais peut être contrôlée. Les doses substitutives hormonales les plus fréquemment prescrites aux adultes sont : Levothyrox® et Levothyroxine® son générique.

« L’actualité récente montre une modification de la formule du Levothyrox®. N’étant ni biologiste, ni médecin, je ne peux émettre une opinion recevable mais en tant que soignante et en tant que femme, je ne pourrai que mettre en garde mes patientes et mes proches prenant cette nouvelle version du Levothyrox®. Le nombre de femmes ayant manifesté des troubles suite à la prise de cette nouvelle formule est trop important. Et que dire des conséquences si cette prise se passe lors d’un état de grossesse ? Y a t-il des conséquences sur le foetus ? Barbara Demeneix biologiste reconnue en parle lors de son interview dans Le Parisien. Dans mon cabinet j’ai pu recevoir des patientes se plaignant de ces nouveaux effets secondaires. Selon certains acteurs du corps médical, il s’agirait d’un nocebo de masse, alors là… no comment, impossible à prouver scientifiquement avec certitude. Pourquoi faut-il se battre pour que l’ancienne formule revienne totalement sur le marché ?  Au 13.10.17 il y avait plus de 20 000 personnes qui présentaient des effets secondaires. Si c’était leurs femmes enceintes, leurs filles qui présentaient ces troubles qu’en serait-il ? Je suis impressionnée par le courage de Nicolas Bouvier, médecin généraliste qui parle sans langue de bois de cette « médecine de caniveau ». Les patients souffrent un point c’est tout. Que cela soit justifié ou pas justifié, que cela soit un nocebo ou pas un nocebo, que nous ayons les preuves scientifiques ou non, la réalité est que des dizaines de milliers de personnes ont eu ou ont des effets secondaires avec cette nouvelle formule et pas des moindres… Il faut trouver une alternative à ce problème : la remise sur le marché de l’ancienne formule un point c’est tout. Il est incroyable de penser que des patients ont été obligés de  s’en procurer dans nos pays voisins. Je me doute ou du moins j’espère que le laboratoire Merck n’a jamais voulu ce qui arrive. Nous sommes en médecine, science inexacte, où les aléas peuvent être nombreux. »

Ostéopathie et hypothyroïdie

Au risque d’irriter plusieurs de mes confrères ostéopathes, je ne me lancerai pas personnellement dans un traitement thérapeutique ostéopathique en expliquant à mes patientes présentant une hypothyroïdie que je vais pouvoir y remédier, voir remplacer leur traitement médicamenteux. Les troubles cardiaques et autres symptômes (syndrome dépressif ) sont trop nombreux et lourds de conséquences dans un état de santé pour retarder une prise en charge médicamenteuse et efficace. En revanche, en tant que praticienne il est de mon devoir de ré-orienter mes patients vers leur médecin généraliste si il y a suspicion de cette pathologie. Cette mission de conseil étant belle et faisant partie de notre travail quotidien.